Archéologie préventive

L’archéologie préventive, en étudiant environ 10% des surfaces touchées par les travaux de la LGV, permet de sauvegarder par l’étude les « archives du sol », avant leur destruction.
Elle vise à connaître les territoires et les sociétés du passé à travers les innombrables « documents » conservés par le sol, depuis les premières traces de présence humaine au Paléolithique, au moins 500 000 ans avant notre ère, jusqu’à nos jours.

L’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) a entrepris les premiers sondages en septembre 2009. Ils dureront deux ans, et s’échelonneront au fur et à mesure de la mise à disposition des terrains par RFF.

04_diag

Une fois les diagnostics achevés, et s’ils confirment la présence de vestiges significatifs sur le plan scientifique ou patrimonial, le préfet de région pourra prescrire la réalisation de fouilles.

Télécharger la plaquette « Archéologie préventive »